1981 : l’assassinat de Naïm Khader

Il y a des plaques commémoratives que l’on aimerait ne jamais devoir apposer.  Ce sont celles qui nous rappellent un événement douloureux. Mais ces plaques, au-delà du drame, sont plus essentielles que jamais car elles nous aident à nous souvenir de causes justes et du nom des personnalités, tombées pour les défendre.

Une personnalité que nul n’a oubliée à Bruxelles, c’est Naïm Khader. Sa cause, sans doute la plus noble de toutes : la paix.

Né en 1939  dans la petite ville de Cisjordanie Zababdeh au sein d’une famille chrétienne, Naïm Khader parti rejoindre son frère étudier le droit à l’Université Catholique de Louvain. Proche du leader Palestinien Yasser Arafat, il fut naturellement désigné premier représentant de l’Organisation de Libération de la Palestine en Belgique. Selon le journal Le Monde, « son rôle à Bruxelles, capitale du Marché commun, était important, et son influence dans les milieux diplomatiques arabes était déterminante. »
Pendant plus de 10 ans, il a relayé les position de l’OLP et défendu avec vigueur les droits du peuple Palestinien. Plaidant même pour la lutte armée afin de créer un rapport de forces. Mais, dans le même temps, il condamnait les actes terroristes comme l’assassinat d’enfants juifs à Anvers en 1980 ou l’agression de la Synagogue de la rue Copernic à Paris. Considéré comme « modéré », il était ouvert au dialogue, notamment avec la communauté juive en ce compris des militants sionistes, afin d’envisager une sortie de crise digne et équilibrée pour les deux parties : Israéliens et Palestiniens.

Le 1er juin 1981 à 9h du matin, Naïm Khader fut assassiné, devant son domicile du n°5 de la rue des Scarabées à Ixelles, dans le quartier de l’Université. Abattu de 5 balles de gros calibre en sortant de chez lui. Des témoins tentèrent de poursuivre le tueur. Celui-ci abandonna un parapluie et un imperméable avenue Huysmans, éléments qui servirent l’enquête. Avenue de l’université, ils perdirent sa trace. Un portrait robot est dressé, un avis de recherche international est lancé. Finalement, l’assassin est retrouvé quelques mois plus tard en Autriche où il avait été arrêté pour l’assassinat d’un responsable du gouvernement de Vienne un mois avant la mort de Khader et un attentat contre une synagogue fin août. Il fut jugé 18 ans plus tard à Bruxelles, après avoir purgé sa peine à Vienne.

Naïm Khader était le 12ème représentant de l’OLP assassiné en Europe ! On connait le tueur, c’est un pro. Mais qui étaient les commanditaires ? Parmi les thèses les plus régulièrement avancées, le journal Le Soir cite notamment les services secrets israéliens et le groupe palestinien dissident radical d’Abou Nidal. Et peut-être un mixte des deux : le groupe d’Abou Nidal infiltré par le Mossad…

Décrit comme cultivé, charismatique, convainquant, sincère, sans aucune langue de bois, Naïm Khader a, plus que d’autres diplomates, visiblement marqué ses interlocuteurs. Même ses adversaires, qui s’en souviennent encore aujourd’hui, plus de 36 ans après sa disparition, avec émotion. Lire La Libre du 6 juin 2016 et  Le Soir du 15 mars 1999.

Ce lundi 16 avril 2018, une plaque commémorative est apposée avenue des Scarabées. En présence d’une délégation de Zababdeh, la ville natale de Khader, jumelée depuis 2003 avec Ixelles.

Illustration (c) RTBF 1971

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :