1834 : Alexandre Dumas et la Malibran

Le grand écrivain romantique Alexandre Dumas (1802-1870) était un ami proche et un admirateur de la cantatrice Maria Malibran (1808-1836).

Véritable star dans les années 1830, la Malibran touchait des « cachets monstrueux » (dixit Saint-Bris), ce qui lui permit d’acquérir un appartement « somptueux » rue de Provence à Paris. Elle y recevait les chanteurs, compositeurs et écrivains célèbres de son temps, dont Dumas.

Celle qui passera les dernières mois de sa vie à Ixelles auprès de son mari, le violoniste belge Charles-Auguste de Bériot, dans le pavillon devenu, depuis, la Maison communale, était une grande voyageuse. Elle affectionnait particulièrement l’Italie, terre d’opéra. Maria Malibran fit la tournée des grandes villes italiennes, notamment en 1834 et 1835, précisément au moment où Alexandre Dumas séjournait dans le pays.

Bien plus tard, en 1866, Alexandre Dumas rapportera cette anecdote :

« Une Napolitaine se vantait à moi d’avoir sifflé Rossini et la Malibran : le Barbier et la Desdémona. – Cela doit être vrai, lui répondis-je, car Rossini et la Malibran se vantent de leur côté d’avoir été sifflés par les Napolitains. » (Le Mousquetaire, 1866)

dumas Malibran 4

Illustration : Maria Malibran dans le rôle de Desdémona dans l’opéra Otello de Giacomo Rossini par le peintre Henri Decaisne source : histoire-image.org

Dans Le Comte de Monte-Cristo (1844), les personnages se rendent régulièrement à l’opéra, à Rome. Et, chose curieuse, entre deux intrigues et mondanités de loges, ils en arrivent à s’intéresser réellement à ce qui se passe sur scène (ce qui était relativement anecdotique à l’époque). Franz et la Comtesse G. évoquent leur intérêt pour l’art lyrique et comparent les chanteurs. Ces dialogues sont évidement l’occasion pour Alexandre Dumas de faire part de ses préférences pour la divine Maria.

dumas Malibran 2

dumas Malibran 5

Illustration : scène de l’opéra, Le Comte de Monte-Cristo, film muet de Henri Fescourt (1929)

  • source : Gonzague Saint-Bris, La Malibran, la voix qui dit je t’aime, Belfond, 2009
  • images à la Une : peinture de la Malibran par Luigi Pedrazzi ; Dumas photo (c) Pierre Petit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :